HANDICAP MENTAL ET FESTIVAL DE MUSIQUE : GAROROCK

Je suis une passionnée dans tout ce que je fais. Une de mes plus grandes passions, c’est la musique et le rock en particulier. Le jour où j’ai découvert le festival « Garorock », je n’ai eu qu’une seule idée en tête : le faire découvrir à mes loulous. Mais comment faire pour organiser ce moment avec le moins de risque pour eux ?

Publicités

Je suis une passionnée dans tout ce que je fais. A cela, vous ajoutez le fait que j’ai un coté légèrement hyperactif et vous avez une maman qui aime beaucoup de choses.

Une de mes plus grandes passions, c’est la musique et le rock en particulier. Indochine, Imagine Dragons, Linkin Park, U2, Evanescence, … pour ne citer qu’eux, sont mes compagnons du quotidien. Chanter « We are the champions » de Queen quand on a le moral dans les chaussettes, ça boost énormément.

Pourtant, je n’étais jamais allé en festival. J’avais fait un ou deux concerts, mais les festivals jamais. En 2013, ma meilleure amie, Perrine m’a fait découvrir GAROROCK.

AFFICHE-GAROROCK_POSTER_15x20
Affiche Garorock 2013

Wahou, ça était un choc émotionnel. Une des têtes d’affiches était « Skip The Use », mais j’ai pu voir Saez, Biga Ranx ou encore Deluxe. Un pur moment de bonheur !!!!

Mais dés ce moment, une seule chose m’intéressait : comment faire partager ce moment avec mes loulous malgré la foule qui grandit d’années en années et leurs troubles ?

J’avais remarqué qu’à Garorock, un dispositif était mis en place sous forme de plateforme pour les fauteuils roulants, mais je n’en savais pas plus. A force de recherche, j’ai découvert qu’un label « handicap et festival » existait et permettait de signaler que des aménagements étaient organisés pour les personnes en situation de handicap.

Garorock a ce label. En 2016, soit l’année dernière, plusieurs choses se sont mises en place. La première était que le festival fêtait ses 20 ans d’existence et promettait une programmation de dingue. La seconde est tout simplement que j’avais les moyens financiers pour nous amener tous les 4 à Garo. Pour finir, j’ai appris que le groupe anglais « Muse » était présent dés le premier soir, tout simplement un moment à ne pas rater.

Pour une première fois, ce fut un succès un peu mitigé. En aval du festival, tout a super bien fonctionné. Une association, travaillant dans le handicap, gère les personnes handicapées venant au festival et nous a très bien accompagné. J’ai obtenu un macaron afin d’être prioritaire et d’avoir accès au site avec mon véhicule. J’ai d’ailleurs réalisé ce macaron en badge au cas où je perds mes loulous (horreur) dans la foule.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce fut le jour même où le couak est arrivé. En effet, le fléchage pour les personnes PMR était très mal fait donc nous sommes arrivés par la mauvaise entrée. Du coup, au vu de la foule hors norme, nous n’avons pas pu accéder au site avec mon pinpin (nom de mon camion). On a fait tout le chemin à pied. Beaucoup de stress pour les loulous et moi-même. Heureusement, je n’étais pas seule car mes amis, Perrine et Frédéric, étaient là pour me seconder.

Par la suite, soyons honnêtes, cela a été fabuleux. Nous avons pu accéder à la plateforme pour nous trémousser et chanter avec le groupe X-Ambassadors.

Et à la nuit tombée, le moment tant attendu est arrivé : MUSE. On en a pris plein les yeux, les oreilles. Le dispositif de Garo est très bien fait et nous avons pu voir le concert d’un endroit un peu reculé, allongé sur l’herbe avec un écran géant pour tout voir. Pour moi, émotionnellement, cela a été très fort car j’avais réussi mon pari : amener mes loulous au plus gros festival du sud-ouest voir un groupe mythique et sans qu’ils n’aient d’angoisses ou de terreurs. Ce soir là, nous étions plus de 80 000 festivaliers sur la plaine de la Fillole, à Marmande.

Depuis, je prépare un nouveau festival. Pour l’année prochaine, suivant la programmation, on repartira à Garo, mais nous avons aussi le Brive Festival ou encore l’Ecausystème où les programmations sont toujours d’un très grand niveau.

Lors d’une formation, notre « prof » nous avait expliqué que l’expérience est très importante dans le handicap mental. Comme je l’ai déjà dit dans un précédent article, seul le concret est important. Ce soir là, les enfants ont eu du concret et des souvenirs pleins la tête.

Au delà de tout ça, ce que je veux transmettre dans ces lignes, c’est qu’avec de l’anticipation et de la préparation, on peut pratiquement tout faire avec nos loulous extraordinaires. Nos enfants ont le droit de vivre des moments forts car ils sont des personnes comme tout le monde avec des envies, des rêves et des passions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s